Réaliser un diagnostic humidité pour intervenir efficacement

Réaliser un diagnostic humidité permet d’identifier rapidement l’origine et les causes des remontées d’eau dans les murs. Dans l’idéal, le taux d’humidité d’une habitation est d’environ 50% pour une température moyenne de 20°C. Toutes fois, il peut varier en fonction des conditions climatiques. Mais au-delà de 65%, il révèle un problème d’humidité qu’il faut diagnostiquer et traiter pour limiter les effets néfastes sur le logement et sur ses habitants.

 

Pourquoi l’humidité dans les murs est à prendre au sérieux ?

  • Les incidences d’un taux d’humidité élevé :
    Les problèmes d’humidité intérieure sont à prendre au sérieux car ils peuvent affecter la santé des habitants en provoquant des allergies et des problèmes respiratoires. Mais ils risquent aussi d’entrainer une surconsommation non négligeable de chauffage en hiver et, à terme, fragiliser les murs et les fondations de votre habitat.

 

  • Les sources d’humidité dans les murs les plus fréquentes :
    – Les infiltrations d’eau de pluie par les façades, les menuiseries ou la toiture,
    – Les fuites de canalisation,
    – Et l’humidité ascensionnelle ou remontées capillaires.
    Les premières se résorbent assez facilement, à condition, bien sûr, d’en diagnostiquer la cause. Tandis que les remontées capillaires sont plus complexes et plus graves car elles sont généralement liées à un problème d’étanchéité qui touche toute l’épaisseur des matériaux. Du fait de leur localisation au cœur du mur, elles nécessitent l’intervention d’un expert technique.

 

  • Les habitats les plus sensibles aux remontées d’humidité 
    Les matériaux poreux des maisons anciennes sont propices aux remontées d’eau. Quant aux constructions neuves, elles font souvent l’impasse sur des éléments clés de la lutte contre l’humidité. De ce fait, on rencontre fréquemment des remontées d’humidité dans les :
    – Demeures anciennes conçues avec des mortiers de liaison très absorbants (torchis, ciments maigres…),
    – Maisons mal drainées ou proches d’un point d’eau (mer, étang, nappe phréatique, source),
    – Maisons sans vide sanitaire où la barrière d’étanchéité est inexistante,
    – Constructions récentes dont l’arase étanche est inefficace, inexistante, ou contournée par l’eau contenue dans le sol. Lorsqu’un remblai de terre est accolé à un mur extérieur par exemple. Aussi, d’autres facteurs tels que la végétation en façade, la mise en œuvre d’enduit étanche ou la création de sols maçonnés en extérieur peuvent accentuer les remontées capillaires.

 

  • Signes visibles de remontées d’eau :
    Lors de problèmes d’étanchéité, les murs aspirent l’eau du sol comme une éponge. Ils drainent au passage les sels minéraux (nitrates, sulfates, chlorures) du sol, de la pollution et des matériaux du mur.
    Ces sels amplifient le phénomène de capillarité en se gorgeant d’eau. Et ils évoluent jusqu’à la surface des murs, sur une hauteur pouvant aller jusqu’à 1m20.
    Au contact de l’air, ils cristallisent et forment des matières blanchâtres parfois velues, connues sous le nom d’efflorescence et de salpêtre.

 

Comment réaliser un diagnostic d’humidité dans les murs ?

La priorité est d’identifier la source de remontées capillaires. Cet exercice difficile nécessite l’intervention d’un spécialiste de l’humidité des murs. Les professionnels XILIX sont formés et équipés pour réaliser un diagnostic d’humidité ascensionnelle dans les règles de l’art :
– Étude de l’historique et inspection complète du bâtiment,
– Mesures d’hygrométrie et de température de l’air intérieur,
– Prélèvements et analyses des sels hygroscopiques.

 

Les étapes qui suivent le diagnostic humidité

Quand la source de capillarité est identifiée, votre professionnel XILIX établit un protocole incluant préparation, traitement et protection des murs. Par sa mise en œuvre à l’aide des solutions XILIX BLOCKAQUA, il assainira et protégera durablement votre habitat.

 

En savoir plus
En savoir plus